Accueil reunification Ce que la réunification apporterait aux habitants de Loire-Atlantique et aux autres bretons

Ce que la réunification apporterait aux habitants de Loire-Atlantique et aux autres bretons

Commentaires fermés
0

Du dernier sondage publié par Ouest-France posant la question aux habitants des régions administratives Bretagne, Pays de la Loire et les deux Normandie, il ressortait que la majorité des sondés se prononçait en faveur du statuquo.  Mais ne revenons pas sur la polémique qui règne autour de ce sondage avec notamment  le fait qu’on n’y relevait pas de  «sans opinions » Pour plus d’infos vous pourrez lire la lettre ouverte de Mona Bras à l’IFOP.

Prenons plutôt en compte les personnes qui se prononcent pour le statuquo, plus précisément les habitants des cinq départements de la Bretagne. Et essayons de leurs expliquer ce que la réunification leur apporterait.

Pour ce faire, je ne vais pas réinventer la poudre mais plutôt reprendre le travail de « Bretagne Réunie »  et notamment le dossier que cette association a remis en janvier 2009 au comité Balladur pour la réforme des collectivités territoriales (*)

Le dossier en question fait ressortir plusieurs domaines stratégiques et/ou atouts dont dispose la Bretagne à 5 départements, le discours s’articulant essentiellement sur les enjeux économiques.  Bretagne Réunie s’interroge ensuite de savoir si la Bretagne est en mesure de tirer « tout le parti » de chacun des domaines et/ou atouts mentionnés. La réponse est non « du fait de la séparation de la Loire Atlantique des autres départements bretons qui s’ajoute à l’insuffisance des ressources financières des régions françaises »

Voici quelques extraits de l’argumentation visant à montrer qu’une Bretagne à 5 départements serait plus forte que la somme des 4 départements de la région administrative Bretagne et du département de la Loire-Atlantique. Je vous conseille toutefois de lire le rapport dans son intégralité !

La mer.
«Exemples d’occasions manquées et de perte d’efficacité liées à la situation actuelle: -l’agence européenne de sécurité maritime qui a échappé à Nantes malgré sa position maritime, faute d’un appui résolu et commun de la Bretagne administrative et de la Loire Atlantique. -le projet d’autoroute de la mer Montoir de Bretagne –Bilbao qui n’avance pas, en raison, notamment, de l’absence d’un appui clair de la Bretagne administrative au projet .
- le pôle de compétitivité Mer, affecté à la Bretagne administrative, écarte la Loire Atlantique. Il s’ensuit une très grosse perte de potentiel pouvant venir de ce département.
-les problèmes de la pêche pour lesquels une approche coordonnée est plus difficile. »

Les Nouvelles Techniques de l’Information et de la Communication (NTIC).
« Le pôle de compétitivité « image et réseaux » affecté à la Bretagne administrative écarte également la Loire Atlantique.  la région Pays de Loire (et donc la Loire Atlantique) est sortie de la MEITO ( Maison de l’Electronique, de l’Informatique et de la Télématique de l’Ouest ) dont l’efficacité est pourtant très appréciée des entreprises adhérentes. »

Les biotechnologies.
« Un manque cruel de projet coordonné entre la Bretagne à quatre départements et la Loire-Atlantique nous fait perdre une compétitivité internationale. … Les micro-algues présentent un potentiel phénoménal (médicaments, pétrole, agro-alimentaire, dépollution…etc) et une expertise, parmi les meilleures au monde existe sur Nantes (Ifremer). Par contre l’essentiel des professionnels qui pourraient exploiter ce potentiel … sont en Bretagne administrative. Le manque de coordination entre ces deux entités complémentaires mais aussi de projet structuré porté par une région unique va faire perdre à la France la possibilité d’être leader dans un domaine très nouveau avec un développement économique à haute valeur ajoutée. »

Energie. 
« La Bretagne « électrique » et « gazière » comprend évidemment la Loire Atlantique. Parler de la sécurité de l’alimentation de la Bretagne en électricité et en gaz naturel en occultant la Loire Atlantique n’a aucun sens. En particulier la Centrale de Cordemais et la ligne 400 000 volts Cordemais-La Martyre( près de Brest) et le terminal gazier de Montoir de Bretagne impactent directement l’alimentation et la sécurité de l’ensemble de la Bretagne »

Tourisme. 
« Le département de Loire Atlantique a fait le choix de s’appuyer sur l’image « Bretagne » dans sa promotion »  « Le projet de classement de Nantes-St-Nazaire-Estuaire de la Loire au titre de patrimoine de l’humanité de l’UNESCO aurait évidemment de meilleures chances d’aboutir si Nantes et Saint-Nazaire s’appuyaient clairement sur leur histoire, leur véritable identité et leur patrimoine bretons. »

Réseaux et Institutions.
« On sait qu’une économie est d’autant plus forte qu’elle s’appuie sur des réseaux. Ceux des associations régionales intègrent généralement l’ensemble de la Bretagne ; c’est le cas de l’Institut de Locarn, de Bretagne Prospective, du Club des 30, de la Diaspora Economique Bretonne, du Conseil Culturel, de l’Institut Culturel, de la Fest- Yves …. En revanche les organismes de caractère national et institutionnel s’en tiennent aux découpages administratifs; c’est le cas des organismes professionnels et syndicaux (CRCI, MEDEF, CJD, Chambres professionnelles, organismes d’Etat….). Il en résulte une perte importante d’échanges entre la Loire Atlantique et les autres départements bretons. Une Bretagne réunifiée mettrait fin à cette discordance pénalisante »

Economie et Culture.
Ambiguité du positionnement de la Loire-Atlantique. «Tous les territoires européens qui réussissent actuellement ont dans l’alchimie expliquant leur succès l’ingrédient d’une forte identité : Flandres, Catalogne, Pays Basque, Bavière, Ecosse… La Bretagne a cette caractéristique et la Loire Atlantique a tout à gagner en tirant parti de cette image »

La lisibilité de la région.
« Ce paramètre est évidemment très important. Il influe directement sur la notoriété de la région et sa reconnaissance internationale. La Bretagne est remarquablement placée sur ce plan, ce qui n’est pas le cas des Pays de Loire qui ne fait qu’ajouter de l’ambiguïté et de la confusion par rapport aux véritables pays de la Loire qui constituent le Val de Loire (Orléans – Blois – Tours – Angers). »

Les infrastructures.
liaison ferroviaire archaïque entre Rennes et Nantes. Retard de la voie rapide Nantes-Rennes, dernier tronçon du Plan routier breton à être mis en place (1991) alors qu’il s’agit d’un maillon d’un axe européen reliant la Grande Bretagne à l’Espagne ! Tracé de la future ligne TGV non concerté, privilégiant Rennes au détriment de Nantes, ne prenant pas en compte la desserte du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes ni l’urgence de créer une liaison ferroviaire rapide Rennes-Nantes.

 

‘*) Au passage, j’en profite pour dire que le rapport en question que l’on croyait destiné à rester dans les oubliettes pourrait bien redevenir d’actualité, pour des raisons plus ou moins honorables, du fait de l’effondrement du PS aux élections européennes et des résultats relativement honorables de l’UMP. Cette réforme, ou du moins un débat publique sur une possible réforme pourrait bien servir à déstabiliser encore un peu plus le PS dans les régions, dernières forteresses du parti de Madame Aubry.

 

A bientôt.

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par 44enbretagne
Charger d'autres écrits dans reunification
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Présidentielles 2012. Les électeurs du 1er tour dessinent la Bretagne réunifiée

Les électeurs des cinq départements de la Bretagne historique on voté rose. Ceux des dépar…